PortailPortail  AccueilAccueil  MembresMembres  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 QUESTION : Se libérer du mental

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: QUESTION : Se libérer du mental   Lun 19 Nov - 23:55

Bonsoir a tous, juste une petite question qui me semble importante : pouvons nous nous liberer du mental quand nous le voulons ? Avons nous reussi a trouver l'interrupteur qui le met hors circuit ? Si la reponse est non et, c'est mon cas voila ce qui est dit : dans ce cas le mental se sert de vous et vous vous etes inconsciemment identifie a lui. Par consequent, vous ne savez meme pas que vous etes son esclave. C'est un peu comme si vous etiez possede sans le savoir et que vous preniez l'entite qui vous possede pour vous.La liberte commence quand vous prenez conscience que vous n'etes pas cette entite,, c'est a dire le penseur. En sachant cela, vous pouvez alors surveiller cette entite. Des l'instantg ou vous vous mettez a observer le penseur, un niveau plus eleve de conscience est active et vous comprenez petit a petit qu'ilo existe un immense royaume d'intelligence au dela de la pensee et que celle ci ne constitue qu'un infime aspect de cette intelligence. Vous realisez aussi que toutes les choses vraiment importantes - la beaute, l'amour, la creativite, la joie, la paix - trouvent leur source au dela du mental. Et vous commencez alors a vous eveiller ECKKART TOLLE
Revenir en haut Aller en bas
cgigi2

avatar

Féminin Nombre de messages : 30
Age : 67
Date d'inscription : 01/11/2007

MessageSujet: Re: QUESTION : Se libérer du mental   Mar 20 Nov - 9:36

La méditation vipassana permet de faire l'expérience d'être témoin du mental, cette méditation est porter sur l'attention de chaque instant sur le mental,
Gautama Bouddha était un merveilleux scientique de l'esprit, pendant des années il en a observer le fonctionnement et ainsi grâce à sa grande expérience il en a élaborer un système, une technique qui mène tout droit à la libération de ce tortionnaire qu'est le mental, en observant le fonctionnement de l'esprit nous nous rendons compte assez rapidement que tout ce qui apparait en esprit viens de la vacuité et retourne à la vacuité en autant que nous n'y adhérions pas au passage, ces objets mentaux ne nous atteingnent plus et cela nous permet de nous en libérer,
la tranquilité de l'esprit et sa concentration sont indispensables pour se libérer de l'esclavagisme du mental,

Ici et Maintenant
tout est possible
dans cet éternel Présent

avec metta
gigi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: le boudhisme   Mar 20 Nov - 23:15

Bonsoir Cgigi2, tu es boudhiste c'est la premier livre qu'il m'a ete donne d'ouvrir lors de ma quette spirituelle j'ai apprecie la philosophie mais , ce qui me genait c'est la croyance je suis un etre qui ne rejette pas systematiquement et c'est pourquoi j'ai continue. Malheureusement , je ne pense pas qu'un systeme puisse nous liberer du mental pour ma part cela serait trop facile et d'ailleurs si c'etait le cas beaucoup plus d'etre humain en seraient liberes. Je pense que nous sommes des etres qui sommes plus dans le dire que dans le faire. bonne soiree et au plaisir de te lire
Revenir en haut Aller en bas
cgigi2

avatar

Féminin Nombre de messages : 30
Age : 67
Date d'inscription : 01/11/2007

MessageSujet: Re: QUESTION : Se libérer du mental   Mar 20 Nov - 23:46

Gérald dit:
Citation :
Bonsoir Cgigi2, tu es boudhiste c'est la premier livre qu'il m'a ete donne d'ouvrir lors de ma quette spirituelle j'ai apprecie la philosophie mais , ce qui me genait c'est la croyance je suis un etre qui ne rejette pas systematiquement et c'est pourquoi j'ai continue.

gigi dit:

Je ne suis pas Bouddhiste, mais une adepte des Enseignements des Bouddhas, j'ai choisis ces Enseignements parce qu'ils étaient les plus proches de mes expériences personnelles spirituelles, et en plus ils sont tout à fait vérifiables,

en fait je ne suis que poussière d'étoile et retournerai aux étoiles,

Bouddha n'a jamais demander à qui que ce soit de le croire sur parole
au contraire, Smile


Extrait:

Au cours d'une autre occasion, le Seigneur Bouddha a donné à ses moines et à ses disciples, les conseils suivants : « Agissez comme les joailliers qui examinent de l'or en le martelant, en le coupant, en le vérifiant de différentes façons ; si cet or est vrai ou faux en le chauffant ? Exactement de la même manière, ne croyez pas, n'acceptez pas mon enseignement simplement parce que vous avez du respect et de l'amour envers moi. Ce n'est pas une raison suffisante pour croire en mon enseignement. Il faut que vous le mettiez en pratique et que vous le testiez. Si vous avez le sentiment qu'il est pratique, si vous sentez que cela apporte bonheur et santé dans votre cœur et dans votre esprit, alors vous pourrez à ce moment même l'accepter et le suivre. Et en pratiquant peu à peu vous comprendrez si c'est vraiment bénéfique ou non. Si cela ne vous attire pas, laissez tomber, il n'y a pas d'objection. »

Toutefois, Bouddha ne voulait convertir personne, ne faisait qu'exposer ses expériences, ainsi quiconque voulait suivre son enseignement le faisait librement.

avec metta
gigi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
utpala
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 449
Age : 44
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: QUESTION : Se libérer du mental   Jeu 22 Nov - 13:03

Ce texte que nous propose gigi me semble regorgé de liberté et de sagesse. Dans la pratique du bouddhisme ou des autres traditions spirituelles associées à une certaine réalisation, il ne s'agit en effet pas de croire aveuglement ni d'étouffer ses propres aspirations, mais de tourner son regard vers l'intérieur (pour peu qu'il y' ait un "intérieur").

Par la suite, selon la singularité de chacun, certains seront plus touchés par l'approche de Ramana Maharshi, d'autres trouveront une résonance plus forte dans l'enseignement du Christ où dans les livres d'Eckhart Tolle. Mes ces traditions et ses guides ne sont que des médiateurs, tous s'accordent à dire que le salut ne réside pas dans les enseignements mêmes, mais dans l'intimité de l'être. Wink

_________________
La plénitude réside dans la vacuité.
N'être que pur silence, c'est ne manquer de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aksysmundi.wix.com/parfum-eveil
AOL

avatar

Masculin Nombre de messages : 19
Age : 44
Localisation : Genève
Tradition pratiquée : Tradition chrétienne, shiatsu
Date d'inscription : 26/02/2006

MessageSujet: Re: QUESTION : Se libérer du mental   Dim 9 Déc - 20:55

Hello toutes et tous,

Se libérer du mental, est un sujet qui me touche particulièremtne ces temps, ou je suis en train s'y travailler... Je viens de relire deux bouquin de castaneda, il est justement question de se libérer du mental pour atteindre un autre niveau de perception de la réalité, il s'agit de taire son dialogue intérieur pour se libérer des pensées et permettre à notre corps dans son ensemble, physique et énergétique de prendre conscience de son potentiel. Dans les 4 accord toltèques, l'auteur, si je me rappel bien, parle du mental comme d'un parasite contre lequel il faut lutter et que c'est en raison de cette lutte que les shamans se disent guériers, de lumière peut être mais guériers...
c'est un terme dur, mais je crois que le chemin qui nous permet de nous libérer du mental est un combat, contre nous meme, contre la pensée collective qui nous conditionne à concevoir le monde avec des lunettes communes.

Mon expérience dans l'art de guérir avec shiatsu, m'oblige à dépasser le mental pour percevoir l'énergie, et travailler en harmonie avec elle...

Aussi lors des massages, je suis dans un état , souvent, détaché du mental pour laisser à mes mains la capacité de percevoir, et de soigner. Se détacher du mental, c'est accepter que lôn est pas tout puissant, juste un canal....

Lorsque je soigne, qui suis-je pour le faire? juste un être qui permet à l'énergie de transiter pour permettre a un autre être de stimuler son potentiel de guérison.... Si je mets du mental, là dedans, je dois échaffauder des théories, comprendre des choses que la syntaxe m'empèchera d'expliquer, alors je devrai réfléchir sur comment l'expliquer, et ca devient très compliqué. Et c'est là qu'est le piège du mental, la complexité.....

Alors que la réalité est toute simple, l'Humain avec son immense potentiel en à fait quelquechose de très complexe, il à mentaliser la réalité pour la comprendre, plutot que de l'accepter....

Se libérer du mental à des conséquences, et cet état de conscience peu bouleverser la vie de celui qui l'atteint...

Pour ne pas conclure, je dirais encore que se libérer du mental, ne signifie pas l'anihiler mais bien de prendre conscience de ce qu'il induit dasn la vie de tous les jours...

A bientôt, au plaisir de vous lire
AOL
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.shiatsuzen.ch
utpala
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 449
Age : 44
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: QUESTION : Se libérer du mental   Mer 12 Déc - 12:40

Merci pour ce témoignage, cher AOL. :coucou:

Pour ma part, je ne me sens pas en résonnance avec cette notion de "lutte contre le mental". Le mental est comparable à un chien foufou qui se joue de nos entreprises à le chasser, à l'éloigner. Tout réaction à son agitation alimente cette même agitation.

A mon sens, même si l'engagement spirituel est sans demi-mesure, il convient de situer cette ardeur dans l'abandon plutôt que dans la lutte. Aussi paradoxal que celui puisse sembler, on est libre de ce que l'on accepte. L'acceptation, la libération, le renoncement participent à un unique mouvement, un mouvement d'ouverture à "ce qui est", un lâcher-prise qui laisse libre-court à l'émergence de l'Être. C'est la perfection de ce "Oui sans concession" qui dévoile cette éternelle vacuité qui révèle alors l'évanescence du mental.

Cela te parle t'il Question

_________________
La plénitude réside dans la vacuité.
N'être que pur silence, c'est ne manquer de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aksysmundi.wix.com/parfum-eveil
Invité
Invité



MessageSujet: se liberer du mental   Ven 14 Déc - 1:38

bonsoir a tous, la question etait de savoir si vous aviez trouvez l'interrupteur pour arreter ce fichu mental ( apres la reponse il nous sera plus facile de comprendre les propos de chacun) bonne nuit
Revenir en haut Aller en bas
cgigi2

avatar

Féminin Nombre de messages : 30
Age : 67
Date d'inscription : 01/11/2007

MessageSujet: Re: QUESTION : Se libérer du mental   Ven 14 Déc - 1:57

Gérald dit:
Citation :
bonsoir a tous, la question etait de savoir si vous aviez trouvez l'interrupteur pour arreter ce fichu mental ( apres la reponse il nous sera plus facile de comprendre les propos de chacun) bonne nuit

gigi dit:
Le mental n'est pas un fichu mental, il est nécessaire au fonctionnement dans ce monde, c'est par la précieuse vie humaine que nous avons le privillège de faire en sorte d'améliorer nos conditions d'existences...
Lorsque l'on a affaire à une machine inconnue qui fonctionne sans arrêt et nous pertube, que faisons nous pour comprendrent cette machine, d'abord nous l'observons à distance respectable et par cette simple attention nous découvrons que cette machine ne s'arrête jamais, par contre si nous approfondissons notre observation et portons d'avantage attention à cette machine, nous découvrons que nous ne sommes pas cette machine et tranquillement la paix s'installe en nous et cette machine cesse enfin de nous perturber,
C'est à ça que ça sert la méditation à ce connaître soi-même de façon à comprendre le fonctionnement de l'esprit, nos capacités sont bien au-delà du mental, elles sont au plus profond de notre Coeur Smile
avec metta
gigi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Véronique

avatar

Féminin Nombre de messages : 40
Age : 52
Localisation : St Vincent-de-Reins - Rhône
Date d'inscription : 13/12/2007

MessageSujet: Re: QUESTION : Se libérer du mental   Ven 14 Déc - 9:39

Se libérer du mental ne serait-ce pas simplement accepter qu'il soit présent, le reconnaître et se reconnaître avec nos imperfections, dans le plus grand amour ?
amour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://veronique-dangin.sosblog.fr
Invité
Invité



MessageSujet: Fichu mental   Ven 14 Déc - 22:58

Bonsoir cgigi2 et Veronique, je ne pense pas qu'il soit si facile de ne plus etre tributaire de nos pensees . Bien sur il y a la meditation et cette fameuse presence mais nous restons toujours sous la dominance du mental il est tres fort . Je reitere ma question car vous ne m'avez pas repondu etes vous capable de vous deconnecter du mental ? bonne soiree a vous deux
Revenir en haut Aller en bas
Véronique

avatar

Féminin Nombre de messages : 40
Age : 52
Localisation : St Vincent-de-Reins - Rhône
Date d'inscription : 13/12/2007

MessageSujet: Re: QUESTION : Se libérer du mental   Ven 14 Déc - 23:27

Pour répondre précisément à ta question, Gérald, ça dépend des fois...

Ce matin, oui, dans l'acceptation totale de ce que je suis à l'instant présent, j'y suis arrivée.
Quelque fois, le lâcher-prise est beaucoup plus difficile à opérer. Cependant, je ne saurai pas te dire ce qui permet que j'arrive ou n'arrive pas à effectuer ce lâcher-prise...

Tendrement,

Véronique.
amour
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://veronique-dangin.sosblog.fr
Invité
Invité



MessageSujet: se liberer du mental   Ven 14 Déc - 23:40

bonsoir Veronique, je te remercie de m'avoir repondu il est tres important de savoir car l'illusion nous guete a chaque mot prononce bonne soiree.
Revenir en haut Aller en bas
cgigi2

avatar

Féminin Nombre de messages : 30
Age : 67
Date d'inscription : 01/11/2007

MessageSujet: Re: QUESTION : Se libérer du mental   Ven 14 Déc - 23:45

L'école du Rien que Conscience (appelée également Yogachara ou école Yoga, à cause de l'accent qu'elle met sur la pratique de la méditation), s'est développée pendant les IVe et Ve siècles de notre ère. Elle a été créée en partie par réaction contre l'école Madhyamika (Voie moyenne) qui, à l'origine, s'était elle-même constituée par réaction aux interprétations erronées. L'école du Rien que Conscience a été fondée par deux frères, Asangha et Vasubandhu ainsi que par le maître d'Asangha, Maitreyanatha. Au lieu de privilégier la correction des vues fausses, ils ont mis l'accent sur la pratique de la méditation et le rôle des différents états de conscience dans la manière dont nous élaborons notre expérience de la réalité. Leurs ouvrages furent si novateurs et efficaces dans la tradition mahayana que pratiquement toutes les branches ultérieures ont incorporé ses principes; tout comme cela avait été le cas précédemment pour l'école Madhyamika.

Les sept premières formes de conscience

Commençons par l'étude des "huit consciences". Selon Asangha et Vasubandhu, toute existence est créée ou, si on préfère naît et meurt, à l'intérieur de huit champs de conscience. Il y a tout d'abord les cinq consciences qui nous parviennent à partir de nos cinq sens: la vue, l'ouïe, l'odorat, le goût et le toucher. Notre expérience des objets du monde extérieur provient de ces cinq sens. Nos connaissances et la capacité à agir dépendent de ce que nous communiquent ces cinq sens.

Ensuite vient la conscience qui provient de notre esprit (notre mental). Celui-ci coordonne les impressions qui proviennent des cinq sens pour former différents objets d'expérience. Par exemple, l'odeur de pin, le contact avec l'écorce, la vue du tronc et des aiguilles parviennent au cerveau et sont reliés à "l'étiquette pin". Ce niveau du mental est également le champ où se forment les pensées et les idées fugitives, les rêveries et tout ce que l'on pourrait qualifier de "babil mental". C'est là également que se constituent les phénomènes purement mentaux: hallucinations, rêves et visualisations. En résumé, la sixième conscience ou conscience du mental est celle qui reconnaît les objets, qui les mémorise et les restitue, celle aussi qui examine les concepts. Les cinq consciences des sens et le mental fonctionnent ensemble comme un écran de cinéma sur lequel sont projetés les phénomènes éphémères de la vie, y compris les idées, les sentiments, les souvenirs et les images intérieures.

Septième conscience

La septième conscience est celle du moi. C'est elle qui nous donne le sentiment d'être un sujet, un individu autogéré; et cela à partir de la perception de notre corps dans un espace et du sentiment de continuité engendré par la mémoire. Cette septième conscience trompe notre huitième conscience, celle qui "engrange" les impressions du corps, les souvenirs, etc. et de ce fait occulte un état supérieur de cognition. Nous reparlerons plus loin de la huitième conscience. Disons d'abord quelques mots au sujet de la septième conscience, celle qui génère le dualisme sujet-objet, soi et les autres, parce elle est sous-tendue par l'attachement à l'idée d'un moi séparé. C'est la sixième conscience qui alimente et pérennise le sentiment d'un moi, étayant l'idée d'existences "en soi". En retour, c'est la septième conscience qui stimule la sixième qui devient un champ où s'élaborent différentes conceptions, théories et convictions. C'est ainsi que se renforce une vision du monde avec un moi permanent identifiable soit au corps soit à l'esprit, et qui sécrète la croyance en une âme et un self supérieur. Or l'idée d'un self donne naissance aux trois poisons qui réduisent le monde et même les autres êtres vivantes à un amas d'objets qui peuvent être désirés, détestés ou ignorés.

La conscience "réservoir"

*Nous ne pouvons pas résoudre nos problèmes et parvenir à l'éveil par la simple négation de notre "moi" ou en arrêtant le fonctionnement de notre septième conscience. Ce serait, tout d'abord impossible, puisque le moi ne peut pas nier le moi. S'il tentait de le faire, il prouverait par cela-même son existence et serait comme un chien qui pourchasse sa propre queue. Par ailleurs, la négation de la septième conscience n'est pas du tout souhaitable. Nous en avons besoin pour coordonner nos interactions avec le monde extérieur et garder la trace de notre histoire personnelle et de notre relation aux proches. De même que nous n'aimerions pas être privés de l'un de nos cinq sens, nous n'aimerions pas être privés d'une conception cohérente de notre identité ou d'un moi en évolution. En effet ces constructions mentales nous permettent d'avoir un sentiment de notre valeur et de nos responsabilités. En fait, la source de nos problèmes se situe dans une région plus profonde de la conscience. Cette région plus profonde s'appelle "conscience réservoir" (alaya) et correspond assez bien à l'inconscient de la psychologie actuelle. C'est là que sont stockés tous nos souvenirs, nos pulsions, nos habitudes et nos idées, et où ils continuent d'opérer en sous-tendant les mouvements de notre conscient. La conscience que nous avons de nos sens et de notre moi est comme la pointe visible d'un iceberg alors que la conscience réservoir est comme la masse de l'iceberg qui flotte sous la surface de l'eau. Elle correspond également à l'inconscient collectif, tel que le définit Jung: c'est là que résident les archétypes, les pulsions instinctuelles profondes, les idées qui régissent nos vies et tout ce qui semblent transcender nos différences culturelles. Tout comme l'inconscient personnel et l'inconscient collectif de la psychologie moderne, la conscience réservoir filtre tout et déforme nos expériences, nos réponses, réactions, associations, polarisations et préjugés culturels. Un exemple banal est celui de la personne qui tombe amoureuse et à qui ce jour semble plus brillant et l'entourage plus amical. Un autre bon exemple est donnée par Mark Twain critiquant les préjugés culturels de son temps dans son roman Huckleberry Finn. Le héros, Huckleburry Finn est persuadé qu'il ira en enfer parce qu'il a aidé son ami Jim à échapper à l'esclavage. Selon la culture de l'époque, un être humain pouvait être considéré comme une propriété et donc aider un esclave à s'enfuir, était l'équivalent d'un vol. C'était tout à fait immoral. Un des buts de la pratique bouddhique est de projeter la lumière sur tous nos conditionnements inconscients et par là nous libérer de leur influence.

Une autre façon d'aborder la conscience réservoir est de la considérer comme le champ du karma. En cet "endroit", si on peut s'exprimer ainsi, la loi de causalité fonctionne plénement, avant de se manifester dans nos vies conscientes. Dans cette optique, tout ce que nous faisons, disons ou pensons, toutes nos intentions, sont des causes qui sont "engrangées", telles des graines, dans notre huitième conscience. Dès que les conditions et les circonstances extérieures s'y prêtent, les graines germent et donnent des fruits, sous forme d'effets dont nous faisons l'expérience par le biais de nos six premières consciences. A ce moment, notre réaction à ces expériences, produit de nouvelles causes qui deviennent, à leur tour, des graines karmiques. Ce processus se perpétue de vie en vie, comme cela avait été illustré précédemment par la roue du devenir.

Ainsi donc, notre expérience consciente provient d'une source profondément inconsciente. Dans ce processus, ce qui renaît ce n'est pas un self donné, ce sont les graines de karma et les germes d'expériences préconscientes (légèrement au-dessus du champ de la conscience réservoir). Si nous revenons aux douze liens causaux de la production conditionnée, tels que nous les avons examinés par rapport à la roue du devenir, nous voyons qu'il n'y a là rien qu'on pourrait appeler "individu" ou "self" et qui traverserait les étapes depuis l'obscurité fondamentale jusqu'à la vieillesse et la mort. Il n'y a qu'un processus dont nous extrapolons la notion d'une personne soumise aux souffrances. Une question se pose alors. S'il n'y a pas d'entité individuelle qui passe d'une vie à une autre, alors qu'est ce qui passe par les étapes d'ignorance (avidya), des formations karmiques (samskara) et de conscience (vijnana). A quoi peut-on les attribuer sinon à un corps, un esprit, une âme? De plus, où se trouve l'étape du devenir avant de donner lieu à un futur cycle de vie/mort. La réponse est que toutes ces activités se passent dans la conscience réservoir. Ce sont des patterns de graines karmiques et non pas des âmes qui produisent des nouvelles vies, encore et encore. Ce processus se poursuit aussi longtemps qu'il reste des graines qui n'ont pas germé, et aussi longtemps que de nouvelles graines sont plantées, perpétuant le processus naissance/mort.

Cela implique que chacun de nous et chaque nouveau-né est un être humain unique et totalement nouveau. Nous ne sommes pas le même individu qui transmigre d'une vie à l'autre. Mais en même temps nous portons l'héritage karmique de nos prédécesseurs. De même, après notre mort, toutes nos actions et toutes nos intentions vont être portées à leur fruitition par des personnes futures qui hériteront de notre bagage karmique.

Si nous pensons nos vies en tant que processus dynamique interdépendant et non pas en termes d'entités statiques et indépendantes, nous pouvons ressentir nos vies en train de traverser d'innombrables existences, en constante transformation et passant par différentes formes d'être. Dans ce sens, nous pouvons réaliser qu'il existe dans nos vies, une continuité qui passe à travers les six mondes-états de la roue du devenir. Ces six mondes-états peuvent aussi être compris comme des manifestations de la conscience réservoir. On pourrait dire que les mondes-états humain et céleste sont comme des roseraies merveilleusement entretenues mais où, à la place des fleurs on aurait des qualités comme l'amour-empathie, la compassion, la joie et l'équanimité. Ceux qui vivent dans des mondes-états inférieurs n'auraient que des touffes d'herbe folle avec seulement quelques fleurs malingres. Les mauvaises herbes seraient alors l'avidité, la colère et l'ignorance. Pour garder cette image, disons que nous devons vivre en soignant et entretenant notre beau jardin. Chaque moment nous offre la chance de planter de bonnes graines et éradiquer les mauvaises herbes. Chaque cycle de vie devient ainsi un nouveau cycle de saisons lors duquel nous pouvoirs goûter aux fruits de notre labeur et préparer le cycle prochain.

Cela dit, nous ne devrions pas sous-estimer la difficulté d'une telle tâche. Il faut garder à l'esprit que la conscience réservoir est un vaste entrepôt de toutes les graines de nos prédécesseurs dans les existences passées, et pas seulement celui d'un seul individu. La huitième conscience transcende la conscience présente personnelle. Celle-ci est seulement une manifestation d'un vaste champ ou d'une mer de karma, à l'image d'une vague sur la surface de l'océan. On comprend alors que les activités de la conscience réservoir soient au-delà de notre contrôle conscient. Nous devons, bien entendu, faire du mieux pour planter les bonnes graines et arracher les mauvaises herbes, mais nos vies sont malgré cela régies par de vastes couches de karma sur lesquels notre volonté n'a pas de prise. Le bouddhisme enseigne que ces engrangements karmiques proviennent d'innombrables vies et que ces courants de fond karmiques peuvent devenir écrasants lorsque dans un flux de marée ils se manifestent en vagues fracassantes. Là encore les fruits du karma dont nous faisons l'expérience et les graines karmiques, les habitudes, les complexes que nous pouvons cerner à travers la réflexion sur soi, ne sont que la partie visible de l'iceberg.

De plus, notre aptitude à agir ou raisonner de telle ou telle façon peut être limitée par les circonstances d'un moment donné. Certains naissent avec des handicaps, tels que la cécité ou la surdité. D'autres naissent dans le dénuement ou même en esclavage, selon le pays et l'époque. La culture et la religion peuvent singulièrement restreindre la clarté et l'impartialité de notre vision du monde. Ainsi donc la liberté et les capacités de notre conscience personnelle ne sont pas déformées uniquement par l'influence des profondes graines karmiques de la conscience réservoir, elles sont également restreintes par les fruits karmiques que nous appréhendons à travers nos cinq sens et notre mental, les six premières consciences. Même nos idées et nos émotions sont les effets du karma. La conscience personnelle est, par conséquent, comme une vague sur la surface d'un vaste océan, qui se déplace en fonction des courants marins des causes passées et des vents capricieux de nos circonstances journalières. Ces vents sont engendrés par nos causes emmagasinées, tout comme les vents marins sont tributaires des courants.

Il faut également ne pas perdre de vue l'influence du karma collectif et des immenses forces causales impersonnelles de notre environnement. La huitième conscience, englobe le courant de la conscience personnelle propre à chaque individu, mais ne marque aucune limite, ni avec la conscience des autres, ni avec l'environnement. Les frontières et les patterns que trace notre conscience personnelle pour la huitième conscience ne sont en réalité que des constructions arbitraires. En fait, il n'y a pas de relation duelle entre les processus causaux personnels et interpersonnels, ou, plus exactement, les processus universels qui semblent impersonnels. Il faut absolument garder ce concept à l'esprit car nos vies ne sont pas isolées. Nos choix et nos options sont influencés par notre interrelation avec un vaste monde et ont un impact bien au-delà de nous mêmes.

Cela ne veut pas dire que nous sommes des marionnettes manipulées par le karma. Nous gardons le libre-arbitre et sommes responsables de la création de notre destin. Après tout, les circonstances sur lesquelles nous devons agir maintenant sont les fruits de nos propres causes précédentes ou de nos graines karmiques. La façon dont nous relevons le défi au présent déterminera la sorte de graine qui va germer dans le futur. Selon l'enseignement bouddhique, la seule chose qui contrôle notre destin est le karma que nous avons nous-mêmes produit. Au lieu de subir passivement le flot de bonnes ou de mauvaises causes créées dans le passé, nous devons prendre en main notre vie et agir en toute responsabilité, du mieux que nous pouvons. Plus nous agissons de la sorte, plus les circonstances deviennent favorables et plus nous gagnons en liberté.

Il est important de tenir compte aussi bien de notre liberté que de nos limites par rapport à notre pratique bouddhique. D'un côté nous sommes libres et capables de prendre la responsabilité de relever le défi qui nous est imposé en tant que résultat de nos graines karmiques, mais par ailleurs l'énormité de cette tâche face au karma de nos incalculables vies passées, ainsi qu'au karma partagé avec les autres êtres, peut nous faire douter des chances de déraciner un jour complètement les graines corrompues de l'avidité, de la colère et de l'ignorance. On peut se dire, avec plus de réalisme, qu'à force de détermination nous pouvons améliorer notre vie dans une certaine mesure et l'orienter dans une direction plus bénéfique. Nous ne pouvons pas cependant espérer débarrasser notre vie de toute négativité et autocentrisme sans l'aide de quelque force en dehors de la conscience personnelle générée par la conscience réservoir.
http://www.nichiren-etudes.net/articles/dharma_flower/chapitre7.htm

avec metta
gigi

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Muttifree



Féminin Nombre de messages : 73
Age : 74
Date d'inscription : 12/11/2007

MessageSujet: Sujet : QUESTION : Se libérer du mental   Sam 15 Déc - 3:23

Tout simplement, un immence merci, cgigi2, pour ce magnifique texte sur les huit états de conscience.

Bien qu'il soit extrêmement difficile, dans notre aide au quotidien auprès de personnes en souffrance d'aborder ce processus "karmique", je te remercie du fond du coeur de nous offrir ce partage, ici, en ce forum.

Bien à toi merci
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://muttimages.blogspot.com
utpala
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 449
Age : 44
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: QUESTION : Se libérer du mental   Sam 15 Déc - 22:19

Chère gigi, jolie rose

Merci de partager avec nous ce texte très riche. A mon sens, il semble nécessaire de préciser que cette description se situe sur le plan du samsāra, sur le plan des existences conditionnées par l'impermanence. Elle a de sens tant que persiste l'identification en une identité distincte et à part entière.

Il me semble à ce titre essentiel d'ajouter que "l'état de Bouddha" ne peut être soumis à un processus en ce sens qu'il n'est pas situé sur l'horizontalité du devenir. Le nirvāna est la réalisation de ce qui n'est pas soumis au karma, de ce qui est "sans-naissance, sans-devenir, sans-création, sans-condition" pour reprendre l'expression de l'Udana. En d'autres termes, l'éveil est la réalisation de ce qui accompli depuis toujours.

Dis-moi, cette perspective est-elle partagée ? Smile

_________________
La plénitude réside dans la vacuité.
N'être que pur silence, c'est ne manquer de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aksysmundi.wix.com/parfum-eveil
cgigi2

avatar

Féminin Nombre de messages : 30
Age : 67
Date d'inscription : 01/11/2007

MessageSujet: Re: QUESTION : Se libérer du mental   Sam 15 Déc - 23:34

Utpala dit:

Citation :
Le nirvāna est la réalisation de ce qui n'est pas soumis au karma, de ce qui est "sans-naissance, sans-devenir, sans-création, sans-condition"

gigi dit:
Dans le Samsara tout est coproduction conditionnées, les Bouddhas libérés de toutes entraves de naissances et de morts, ont franchient Nibbana ce Portail de l' inconditionné oû il n'y a plus aucune trace ni de bonheur ni de souffrance ni de jour ni de nuit, ni de joie ni de peine,
Ici et Maintenant
dans cet Éternel Présent
je me rends
Dans le Coeur
des Grands Compatissants
avec metta
gigi
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
utpala
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 449
Age : 44
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Re: QUESTION : Se libérer du mental   Dim 16 Déc - 0:35


_________________
La plénitude réside dans la vacuité.
N'être que pur silence, c'est ne manquer de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aksysmundi.wix.com/parfum-eveil
Perle

avatar

Féminin Nombre de messages : 100
Age : 57
Localisation : Montagne de Reims
Date d'inscription : 27/06/2007

MessageSujet: Re: QUESTION : Se libérer du mental   Lun 17 Déc - 18:42

BonJour

Se libérer du mental ....
Le mental...une notion pas évidente pour moi...

Lorsque mon Regard se porte au dedans de moi-même ou au dedans des choses lorsque je les contemple, je n'ai pas le sentiment que le mental soit là, ou tout du moins pas dans sa forme ordinaire.
Comment traduire plus explicitement ce Regard? pas facile de trouver les mots... Razz

Se libérer du mental ... en écho à ces mots j'ai l'apparition de cette image

je ne sais si à vous elle parlera

peut-être que celle-ci vous parlera plus


depuis toute petite j'ai toujours été attirée par ces vitraux, ces statues, ces peintures de Saints à la tête coupée. Maintenant ces têtes me parlent plus ... sourire ....mais pas encore suffissament pour que je puisse traduire leur langage en mots.

Je dirai simplement que la tête coupée est tenue au niveau du coeur, tout comme l'apôtre Jean ( ou Marie-Madeleine selon chacun) pose sa tête sur le coeur de Jésus lors de la Cène ...
Cette descente de la tête dans le coeur c'est aussi ce que je perçois dans cette rencontre entre le ptit singe et la colombe.
Sur la plupart des vitraux et des peintures de ces Saints, à la place de la tête il y a une auréole de Lumière... cela est très parlant je trouve.
Il y a aussi cette phrase que j'aime beaucoup de Jacques Walther: "Faites fleurir le bois mort de votre savoir" Cette floraison n'est possible que dans le Jardin de notre Coeur.

Se libérer du mental ... j'ai plus envie de dire libérer le mental pour lui permettre de Fleurir, détacher le ptit singe du poteau (notre "je") afin qu'il épouse la colombe....
Razz
Merci pour vos échanges!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://justedesfruitscueillis.blogspot.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: QUESTION : Se libérer du mental   

Revenir en haut Aller en bas
 
QUESTION : Se libérer du mental
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Calcul mental - organiser un Question pour un champion au collège ?
» Prière pour se libérer des liens mauvais !
» Une question en orthographe/conjugaison?
» Diacre question
» Chapelet de la libération ! Apporte de nombreuses guérisons et libérations.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ici & Maintenant :: Au coin du feu :: Sujets libres-
Sauter vers: