PortailPortail  AccueilAccueil  MembresMembres  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Hommage à Stephen Jourdain (1931-2009)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
utpala
Administrateur
avatar

Masculin Nombre de messages : 449
Age : 43
Date d'inscription : 19/02/2006

MessageSujet: Hommage à Stephen Jourdain (1931-2009)   Mer 24 Fév - 18:53

En hommage à Stephen Jourdain (1931-2009) jolie rose

Le récit posté sur un autre forum suite à un "atelier" à Paris :

Suite à la "causerie" de Stephen Jourdain de ce week-end, je viens partager avec vous cette étonnante rencontre ainsi que mon regard sur ce personnage très éloigné de l'image stéréotypée de"l'éveillé" :

J'utilise le terme "causerie" pour citer Stephen Jourdain qui préfère amplement cette expression à celles que l'on utilise couramment : "Est-ce que j'ai une gueule de conférence ou d'atelier ?" dit-il avec un sourire espiègle. D'ailleurs, la parfaite informalité de ces propos correspond bien à une causerie, aux confidences d'un vieil homme intarissable ; "Steve" consacre la majeure partie de la matinée à parler de son intéret pour les femmes, de sa nostalgie à l'égard des gramophones, de sa passion pour Quick en s'arrêtant régulièrement pour tirer une bouffée sur sa cigarette et boire une gorgée de Coca. De temps en temps, la personne du 3e millénaire interroge Steve sur l'éternel présent ou sur la souffrance comme pour recadrer les propos du sage. Mais ce dernier oublie très vite la question et repart sur cette étonnante flèche d'or qu'il apperçoit à travers la fenêtre et qui désigne le ciel. Toutefois, il ne manque pas d'ajouter, comme pour s'excuser de parler de tout sauf de l'éveil, que ces confidences de la vie de tous les jours sont bien plus légères et moins pompeuses que les grands discours métaphysiques, et que tout ce qui est humain est sacré. Il enchaine alors sur les "archanges poétiques" qui habitent les traits du parquet, les craquelures du trottoir, les lourds seins d'une ancienne conquête, puis s'interrompt encore pour tirer une nouvelle bouffée sur sa cigarette et boire une nouvelle gorgée de Coca. Les propos plus pointus concernant l'éveil (terme qu'il affectionne assez peu) se noyent entre deux anecdotes, entre deux "songes", dans un flot de mots passant du coq à l'âne.

Le temps est ensoleillé ce week-end sur Paris. A l'heure du déjeuner, après avoir acheté une quiche aux fromages dans la boulangerie du bout de la rue, je reviens sur place. Stephen Jourdain est dehors accompagné de sa charmante compagne Dahalia et de la personne du 3e millénaire, un garçon très doux. Une chaise est libre, Dahalia me propose de m'asseoir entre elle et Steve. On échange très brièvement quelques mots sur "les fiançailles du Moi avec le Moi" avant de nous extasier devant un arbre dont les racines noueuses écartèlent le bitume, laissant surgir quelques minuscules brins d'herbes...

Stephen Jourdain est un personnage atypique et touchant ; résolument anti-conformiste, il exprime les choses avec conviction et passion, laissant régulièrement échapper un "merde" ou un "putain" avec une humanité qui pourrait déranger. Son discours sur l'éveil, hors de tout dogme, ressemble très peu à ce que l'on peut entendre d'habitude. Loin de l'image lisse et sans faille communément attribuée aux "éveillés", il exprime sans complexe sa colère, n'hésitant pas à traiter de "cons" ceux qui ont mis en doute la sincérité de "son expérience de l'éveil" lorsqu'il pleurait la perte de sa fille.

A la fois fragile et lumineux, il parle de "Stephen" parfois avec dérision, parfois avec un certain repenti à l'égard du mal qu'il a pû faire à ces proches, mais toujours avec beaucoup de lucidité et de tendresse tant pour "Steve" que pour ceux et ce qui l'entourent.

Petite anecdote : Au cours du repas à l'extérieur Stephen Jourdain, en buvant sa canette de Coca, en renverse un peu sur sa cravatte et dit : "Mon âme pour une paille !" ; ce à quoi un participant répond que ça serait bien dommage ! Après un court silence, il murmure ceci : "Encore qu'on pourrait s'interroger sur le rapprochement entre l'âme et la paille... On souffle dedans et ça fait une bulle !".



_________________
La plénitude réside dans la vacuité.
N'être que pur silence, c'est ne manquer de rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://aksysmundi.wix.com/parfum-eveil
 
Hommage à Stephen Jourdain (1931-2009)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hommage à Claude May (1913-2009)
» BILAN HIVER 2008/2009
» Massif du Pilat (départements 07-42-43-69), saison 2008/2009
» 2009: Vers 16h00 - Observation près de Nantes - (44)
» (satellite) Observation d'un point très lumineux - 15 Aout 2009

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ici & Maintenant :: Partage de découvertes :: Rencontres marquantes-
Sauter vers: